Passer au contenu principal

Programme de préparation à l’investissement

Actualités

Histoires du PPI : Le festival du film Inside Out, à Toronto, souhaite devenir un chef de file de l'accessibilité grâce à une nouvelle entreprise à vocation sociale

NICKIE SHOBEIRY  10 SEPTEMBRE 2020

Cet article fait partie de notre série consacrée au Programme de préparation à l’investissement, et vise à montrer comment le financement du PPI aide des organisations à vocation sociale à se préparer à l’investissement tout en continuant à produire un impact positif dans leur communauté.

Depuis 30 ans, le festival du film Inside Out, qui se tient à Toronto, utilise les arts pour lutter contre les inégalités et la discrimination vécues par la communauté LGBTQ2S+, tout en offrant du soutien et de la visibilité aux personnes en situation de handicap. Cette année, le festival a reçu un financement dans le cadre du Programme de préparation à l’investissement (PPI), pour l’aider à mettre en place sa première entreprise à vocation sociale, l’Accessibility Toolhouse, dont le mandat consistera à créer des événements plus inclusifs. 

« Le festival s’attaque aux inégalités de multiples façons, indique Steen Starr, responsable des subventions et rédactrice pour Inside Out. Nous offrons un espace qui permet aux artistes queers de raconter leur histoire, et ce faisant, nous proposons des œuvres dans lesquelles le public queer se reconnaît. Cela change la vie des gens. » 

Aujourd’hui, en plus de s’assurer d’obtenir du financement pour le festival, Steen est la co-coordonnatrice du projet Reel Access d’Inside Out, qui réunit les différents festivals de films de Toronto pour s’attaquer aux problèmes d’accessibilité. La coordonnatrice d’événement pour Inside Out résume l’un des éléments soulevés par ces organisateurs de festivals lors de l’une des consultations tenues : « il est très frustrant que, pour chaque événement que nous organisons, nous devions trouver des fournisseurs pour obtenir des éléments comme une rampe d’accès pour la scène, des sous-titres en temps réel ou des casques d’écoute à suppression active du bruit. Il serait fantastique d’avoir accès à un local commun où nous pourrions simplement aller chercher les ressources dont nous avons besoin. »

L’idée de l’Accessibility Toolhouse est née de cette conversation. Il s’agirait d’un lieu où les organismes promoteurs d’événement pourraient louer de l’équipement et des services d’accessibilité.

« Cela deviendrait un endroit incontournable qui pourrait fournir des services de consultation et d’audit pour l’accessibilité d’un événement, et même des interprètes en langue des signes. C’est cela notre rêve », ajoute Steen. 

Le modèle d’entreprise à vocation sociale est nouveau pour Inside Out, qui est un OSBL recevant la plus grande partie de son soutien de la part de bailleurs de fonds comme Netflix et RBC. Dans sa recherche pour trouver de l’appui financier, Steen est tombée sur le PPI : « selon moi, ce programme était parfait pour nos besoins », indique-t-elle. 

Inside Out reçoit 44 000 $ pour se préparer à l’investissement

L’objectif du PPI consiste à rendre les entreprises à vocation sociale prêtes à l’investissement, en leur fournissant du financement pour se doter de ressources comme un plan d’affaires, une image de marque, des modèles financiers et plus encore. Tous ces éléments sont requis pour prouver aux investisseurs que l’entreprise peut devenir profitable et générer des rendements. 

Mais avant toute chose, l’Accessibility Toolhouse avait besoin d’une étude de faisabilité. C’est pourquoi l’organisme utilise les 44 000 $ obtenus du PPI pour embaucher un consultant qui analysera la viabilité de cette entreprise à vocation sociale, en étudiant les modèles d’affaires possibles jusqu’aux seuils de prix pour la location des différents équipements.

Steen explique que « l’étude de faisabilité ira au fond des choses, et évaluera la demande pour un tel service, comment il pourrait fonctionner et s’il pourrait être offert partout en ville. » Elle évoque aussi le modèle sans but lucratif du festival : « Inside Out a toujours existé grâce aux commandites d’entreprises et aux dons privés. À l’heure actuelle, nous ne sommes pas une entreprise à vocation sociale. Nous pourrons donc apprendre certaines choses dans le cadre de ce processus. » 

Bien qu’Inside Out bénéficie d’un énorme appui, Steen rappelle que « tous les organismes et les OSBL dans le domaine des arts peinent à générer des revenus. Il est donc enthousiasmant de penser que l’Accessibility Toolhouse pourrait soutenir en partie le festival. » Les revenus additionnels générés par ce nouveau service pourraient permettre à Inside Out d’accroître encore davantage son impact, en réduisant les inégalités pour les personnes en situation de handicap de Toronto et des environs. 

Quand elle réfléchit au processus de promotion, Steer mentionne : « dès le départ, pour attirer des investisseurs, il faut avoir une idée prometteuse – et je pense que nous l’avons. Ce que nous devons maintenant évaluer, c’est la demande au sein de la communauté. Et je pense qu’elle est prometteuse également, parce que les personnes en situation de handicap sont ignorées depuis longtemps. C’est comme si personne n’avait réalisé que ces gens pourraient avoir envie d’aller voir une partie de baseball ou de football, ou encore un concert. » Elle souligne que la situation est en train de changer, et donne l’exemple des stades de sports qui ont maintenant des zones d’accessibilité avec plateformes surélevées. 

En plus de créer des espaces plus inclusifs, l’Accessibility Toolhouse donnera aux investisseurs l’accès à un vaste marché mal desservi. « Les personnes en situation de handicap ont des revenus, et elles veulent s’impliquer dans la communauté, explique Steen. L’étude de faisabilité prouve que le besoin est là, et qu’il existe une industrie pour y répondre. Voilà pourquoi je suis convaincue que les investisseurs intéressés seraient nombreux. » 

Se tourner vers l’avenir

Il existe une réalité que les organisations spécialisées dans l’événementiel ne peuvent ignorer : la COVID-19. « À l’heure actuelle, il y a beaucoup d’incertitude autour des événements “en personne”, et cela fera certainement partie de notre étude, explique Steen. Cela dit, l’accessibilité s’applique même si vous tenez vos événements en ligne (sous-titrage codé pour les malentendants, audiodescriptions, etc.) ou si vous accueillez 50 personnes ou moins. » 

Quand elle réfléchit à la façon dont le Canada peut rebâtir en mieux après la pandémie, elle conclut : « j’ai entendu plusieurs personnes dire que la COVID-19 nous fournira, à certains égards, une occasion de penser autrement, et cela apporte une lueur d’espoir. Je pense que les industries, les gouvernements, les collectivités et même les individus sont peut-être en train de revoir ce que sont une société fonctionnelle et une communauté dans laquelle on se préoccupe les uns des autres. Les gens redéfinissent les types d’appui dont ils ont besoin. Et l’accessibilité pourrait bien en faire partie. »

Nickie Shobeiry est une écrivaine, animatrice télé et journaliste, qui s’intéresse à l’entrepreneuriat et à l’impact social au Canada et à l’étranger.